01 octobre 2018

Le voyageur du coeur

Chrysalides devenues imagos, papillons aux couleurs des émotions, Bulles de savon envolées dans le ciel, confiées au souffle du vent, Enfants d’une plume, promeneurs d’un jour ou voyageurs au long cours, Ils ne m’appartiennent plus ces mots qui ont eu raison de la page blanche. Ils m'échappent, m’abandonnent, partis vers un ailleurs que je ne connais pas. Mirages. Nuages. Présages. Vous allez peut-être les apercevoir, Les accueillir, Les lire, Vous en souvenir, Vous en dédire. Qu’ils vous plaisent ou pas, ne les... [Lire la suite]
Posté par Pierrot de Lune à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 mars 2018

Le silence pour complice

Se taire Faire abstinence de paroles. Sceller les lèvres Empêcher l’envol des sons.   Se terrer Se confiner en son être. Se blottir contre le cœur qui bat. S’abandonner au bercement des émotions.   Se draper de silence Plonger dans ses eaux profondes. S’abreuver à sa source Se nourrir de sa puissance.   Se lover dans la chaleur de ses bras. Sentir l’éclosion, le jaillissement Laisser monter l’ébullition. Se multiplier les couleurs, les images.   Saisir la plume, prolongement de la main ... [Lire la suite]
Posté par Pierrot de Lune à 11:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
06 mars 2018

L’Angelus.

    Il était l’ange élu, brillant au firmament. Il volait bien au-dessus de la meute de ses pairs dont il se jouait et qu’il narguait sans vergogne. Il prenait grand soin de son plumage dont la blancheur n’était à nulle autre comparable. Il était admiré de tous.  Il suscitait la convoitise, l’envie voire même la jalousie. Ils étaient nombreux à se prosterner à ses pieds, un regard de lui les aurait rendus heureux, les aurait fait exister. S’il aimait leurs compliments, se vautrait dans leurs éloges, il n’avait que... [Lire la suite]
Posté par Pierrot de Lune à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
07 juin 2017

Dans les coulisses de la lumière

Il se réveille en sursaut.  En sueur.  Sa chemise lui colle au corps.  Quelle heure est-il ? Il regarde autour de lui.  Il fait sombre.  Est-ce pour autant la nuit ? Il n’y a pas la moindre fenêtre, pas la moindre faille dans la muraille de cette tour humide qui suinte, ruisselle jusqu’au clapotis.  Il a froid.  Les membres gourds.  Le corps grelottant, il se replie sur lui.  S’enserre de ses bras en quête de la moindre chaleur qui pourrait lui apporter quelque réconfort.... [Lire la suite]
Posté par Pierrot de Lune à 19:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,