Chrysalides devenues imagos, papillons aux couleurs des émotions,

Bulles de savon envolées dans le ciel, confiées au souffle du vent,

Enfants d’une plume, promeneurs d’un jour ou voyageurs au long cours,

Ils ne m’appartiennent plus ces mots qui ont eu raison de la page blanche.

Ils m'échappent, m’abandonnent, partis vers un ailleurs que je ne connais pas.

Mirages.

Nuages.

Présages.

Vous allez peut-être les apercevoir,

Les accueillir,

Les lire,

Vous en souvenir,

Vous en dédire.

Qu’ils vous plaisent ou pas, ne les emprisonnez pas, 

Ne les condamnez pas au naufrage,

Laissez-les suivre leur chemin, faire d’autres rencontres,

Laissez-les gagner d'autres rivages, découvrir d’autres paysages.

Quand ils viennent du cœur, les mots chercheront toujours d’autres âmes sœurs.