13 janvier 2018

La main tendue.

Poing serré aux phalanges blanchies en une douleur contenue, une souffrance muette Lentement, il se libère de son étau, Toujours fermé, il reprend vie et couleurs Les doigts se déroulent un à un dans un ralenti libérateur, Il s’allongent, abandonnent leur catatonie. La main s’ouvre corolle épanouie, Elle s’agite mollement avec timidité, Elle s’enhardit et se tend vers cette autre qui l’appelle, du moins le croit-elle Ses doigts effleurent ceux qui l’attendent, du moins le croit-elle Brutalement, ceux-ci se dérobent... [Lire la suite]
Posté par Pierrot de Lune à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,