Je tourne au tour du pot. Pot de fer, pot de terre. Pot au lait. Potiron. Ils iront où mes potes ? Pot ? Potion magique. Allons, tu n'en as pas marre de tes digressions ? Tu tournes encore autour du pot. Oui, c'est vrai. Je vais essayer, je t'assure que j'e vais essayer.

Oui, je le reconnais : je tourne autour du pot. Tellement que j'en ai le tournis. Depuis longtemps. Peut-être même depuis toujours.

D'abord en décrivant des cercles parfaits, en me tenant à distance. Je ne le quitte pas des yeux dans ma farandole solitaire. Ensuite, j'évolue en spirales et m'en approche jusqu'au moment où je peux le toucher de la main. Je ne le touche pas. Les spirales reprennent en marche arrière. Je m'en éloigne à nouveau. Et puis, je recommence encore et encore sans me lasser.

Pourtant, il n'a rien de dangereux ce pot. Et quand bien même, est-ce suffisant pour t'arrêter ? Ce ne serait pas la première fois que tu te mets en danger. Il est même beau. Oui, je sais. Toi et les apparences, vous n'êtes pas amies. Et alors, il arrive que ce qui brille soit de l'or. Allons, voilà que tu te voiles la face maintenant.

Si en m'en approchant, je pouvais glisser et tomber dedans. Si une main invisible me poussait. Ce serait pareil. J'en aurais fini avec cette farandole ridicule. Non, ce ne serait pas pareil et tu le sais. Je t'ai connue plus volontaire.

A nouveau, je m'approche. Je le regarde. Il me fixe dans les yeux. Vais-je encore reculer ? Ma tête me dit : “Allons, vas-y. Tu vas sauter maintenant.” Mon corps est raide et ne répond pas. Elle insiste. Je respire à pleins poumons et puis…je saute.

Ça y est. Je suis dans le pot. Même pas mal, même pas peur.

Si j'avais su…