Coccinelle-lady-breizh (2)

Après avoir fait sa toilette, Augustine, demoiselle, s’en va en promenade.  Elle se faufile entre les brins herbes perlés de la rosée du matin. 

Coquette, elle s’arrête pour se mirer dans l’une de ces gouttelettes miroir grossissant mais pas trop.  C’est qu’elle tient à sa ligne la coquine ! 

Elle reprend sa route et salue au passage, Gédéon, le criquet grognon en grande discussion avec Barnabé, le scarabée qui l’écoute bouche bée.  Si ce dernier lui décoche son plus beau sourire, la lame verte, plus tranchante que jamais, l’ignore superbement.

Elle presse le pas, impatiente de rejoindre la forêt bleue des oreilles de souris.  Ondulant leur corps gracile au doux vent de cette belle matinée, elles dodelinent de la tête dans un voile bleuté.  Augustine aime leur compagnie et le velours de leurs feuilles.  Elles sont charmantes.  Toujours un petit mot gentil.  Elle se hisse sur une feuille pour faire un brin de causette.  C’est vrai que leur voix est fluette.  Une caresse pour les oreilles.  Confortablement installée, elle ne se lasse pas de la mélodie de leurs mots susurrés.    Elles lui racontent les nouvelles du vent. 

Remplie de joie, Augustine ouvre son manteau rouge aux délicates aréoles noire, déployant ses ailes diaphanes.  Il est temps pour elle, messagère de vos souhaits, de s’envoler,.  Elle gagne le ciel pour que votre journée soit la plus belle.